Peut-on vivre avec le SMIC ?

24 Août
SMIC

Peut-on vivre avec le SMIC ?

Même si l’on parle plus de survie que de réelle vie confortable, la réponse est oui. Le SMIC permet en effet de vivre et de payer la majorité des frais fixes comme le loyer et les assurances, à condition toutefois que ces derniers restent raisonnables.

Le SMIC, à juillet 2018, est de 1498.47 euros brut (équivalent 35h), soit 1148.96 euros net. Ce qui est moindre que le salaire médian, qui est, lui, de 1797 euros (en net, équivalent temps plein source INSEE). Le salaire médian correspond au salaire de référence dont on peut dire que 50% des Français gagnent plus et 50% gagnent moins. C’est vrai que c’est assez frustrant de constater que les salaires, en France, sont globalement si faibles… cependant la croissance repart et les prévisions vont bon train pour la fin de l’année, voire le début 2019 !

Des frais, toujours plein de frais !

Lorsque l’on est un adulte responsable, on doit payer un certain nombre de frais. Effectivement, dans cet article, nous n’allons pas prioritairement parler des étudiants ou des adolescents, ni des cas particuliers de tutelles ou de rentiers. Mais bel et bien d’un adulte responsable, qui vit seul ou avec sa femme et/ou ses enfants, et qui n’est à la charge de personne.

Un adulte responsable, de fait, doit payer un loyer ou un crédit, voire les deux. Il doit aussi payer des assurances diverses, tant pour sa santé que pour son habitation et sa voiture. Il doit aussi payer ses éventuels frais de transport comme le Pass Navigo.

Il a ensuite des frais dits variables, qui changent donc tous les mois mais reviennent quand même : la nourriture, les forfaits téléphoniques et Internet, l’essence pour leur véhicule. Cela pourrait être assimilé à des frais fixes mais généralement, leur montant varie un peu d’un mois sur l’autre.

Faire de son mieux

Ensuite, après avoir acquitté toutes ses factures, l’adulte responsable au SMIC est quasiment lessivé, voire déjà à découvert. Si ce n’est pas le cas, il pourra alors profiter d’un peu de sous pour ses loisirs et déplacements annexes (voyages, séjours dans la famille). À lui le cinéma, les musées, les soldes, les sorties dans les bars… et en général, au 10 du mois, il doit déjà faire attention. Mais c’est dommage de se crever à la tâche et de ne même pas pouvoir profiter de l’argent durement gagné.

Le SMIC n’est pas le plus petit salaire qui soit, puisqu’entre les stagiaires et leur gratification dérisoire, les étudiants qui se tuent à travailler au fast-food pour 700 euros par mois et les employés à temps partiel, il y a malheureusement de quoi faire.

Par rapport au salaire médian, le smicard est donc logiquement à la traîne et peine à vivre. Mais en faisant attention, il peut parvenir à économiser et, à terme, se constituer un petit pécule. Mieux, il a également l’espoir qu’à terme, il puisse gagner en compétences et surtout en rémunération et je ne parle pas là de la hausse régulière et réglementée du SMIC. Le plus frustrant, dans l’affaire, c’est que beaucoup de salariés compétents (voire très diplômé) plafonnent au SMIC, bien malgré eux…

efficitur. dolor Praesent tristique ipsum risus. commodo elit. id