Ouvrir un LEP

02 Avr
livret épargne populaire

Ouvrir un LEP

Mis en place sous François Mitterrand, au début des années 80, le livret d’Épargne Populaire (LEP) est un compte bancaire véritablement en plein essor depuis le début de la crise de 2008. Plutôt avantageux fiscalement, il permet aux ménages ayant un faible revenu, d’économiser, de protéger leurs économies et d’avoir un taux d’intérêt plutôt correct, ce qui permet finalement à ces ménages de pouvoir consommer malgré leurs salaires plutôt bas. À terme, cela entretient la bonne marche de l’économie nationale. Réglementé comme le livret A, le LEP permet d’économiser jusqu’à 7.700 euros, sans minimum obligatoire de versement (hormis un premier versement de 30 euros), tout en bénéficiant d’un taux d’intérêt de 1.25 %, net d’impôt. Une bonne aubaine, en somme, pour les petits budgets.

Comment procéder ?

Pour bénéficier de l’ouverture d’un tel compte-épargne, il faut se rendre dans sa banque muni de sa dernière feuille d’imposition. Bien évidemment, il faut résider en France. Ensuite, un certain plafond ne doit pas être dépassé et le seuil dudit plafond dépend de la situation familiale de chacun. Pour cela, on se base sur le Revenu Fiscal de Référence (RFR) En France métropolitaine, pour un célibataire sans enfant, le seuil est de 19468 euros (chiffres 2018), à titre d’exemple. À noter que dans les îles comme la Martinique ou la Réunion, les seuils sont différents.

Néanmoins, jusqu’au 1er janvier 2014, il fallait ne pas payer plus de 800 euros d’impôt. Mais le gouvernement d’alors a fait évoluer la loi puis a décidé d’accorder un délai supplémentaire de 4 années afin que les gens se préparent à cette évolution, ce qui mène justement jusqu’au 1er janvier 2018 et donc, à la suppression de ce critère et la seule prise en compte du RFR. Début 2018, il a fallu que l’ensemble des possesseurs d’un livret d’épargne populaire présente leur avis d’imposition à leur banquier afin d’éviter la clôture de leur LEP suite aux changements évoqués ci-dessus.

Ses avantages…

Bien plus rémunérateur et stable que le livret A, le LEP permet également des dépôts et des retraits totalement gratuits et ce, à tout instant de la vie du compte. Ensuite, il est important de préciser que les intérêts ne sont soumis à aucun impôt ni taxe. Autre gros avantage, non négligeable qui plus est, il est impossible de perdre l’argent placé sur un LEP car le capital est garanti par l’État. Enfin, le plafond de 7.700 euros peut être dépassé par capitalisation des intérêts. De fait, si vous placez la somme totale à l’ouverture de votre LEP, vous aurez bien plus en quelques années…Mais ne rêvons pas trop, car les détenteurs d’un LEP ont rarement le budget suffisant pour un dépôt d’une telle ampleur.

…et ses limites

Par contre, 2 éléments sont à relever : il n’est pas possible d’avoir plus de 2 LEP par foyer fiscal et un enfant, qu’il soit mineur ou majeur avec rattachement au foyer de ses parents, ne peut bénéficier de ce LEP et doit donc se tourner vers un livre jeune.

Et ensuite ?

Environ 9 millions de comptes LEP ont été ouverts, en France, à fin 2017. Face à la baisse des taux d’intérêt – et par là-même à celle de la rémunération – des autres livrets bancaires, le LEP a de solides atouts pour séduire un public de plus en plus attentif à ses économies. Gageons qu’il a encore de beaux jours devant lui…

luctus suscipit quis Nullam ut vel, efficitur. elementum ipsum