L’impact de la pandémie sur l’économie

30 Nov

L’impact de la pandémie sur l’économie

La pandémie de Coronavirus a plongé l’économie planétaire et particulièrement de l’Europe dans une récession extrême et le marasme. Les dernières prévisions font état d’un Produit Intérieur Brut (PIB) mondial en chute de 4,2 %. Dans toute l’Europe, et particulièrement en France, une chute de 9 % du PIB est enregistrée pour l’année 2020. Mais le continent n’est pas le seul affecté. Le Royaume-Uni, l’Asie dont l’Inde, entre autres, connaissent également le même sort avec respectivement un recul du PIB jusqu’à 11,2 % et 9,9 % pour le compte de cette année. Si les statistiques actuelles ne sont guère encourageantes, les organismes tels que l’OCDE misent tout de même sur un regain d’espoir en termes d’économie à partir de l’année 2021, quoique la production à fin 2021 restera au-dessous du seuil de celle de 2019.

Forte récession planétaire depuis la guerre mondiale

La Banque mondiale a établi un constat alarmant en qualifiant les effets des mesures de suspension des activités économiques engendrées par la pandémie de Coronavirus et de la crise sanitaire consécutive de « la plus forte récession planétaire depuis la Seconde Guerre mondiale ». L’absence subite des offres et demandes, ainsi que des échanges a engendré une forte contraction des investissements dans les économies émergentes dont le PIB a chuté de 2,5 % durant le premier semestre de l’année 2020. Cet état économique devra plonger des millions de personnes dans l’extrême pauvreté d’autant plus que la Banque mondiale prévoit une régression de 3,6 % des revenus par habitant pour l’année 2020.

Impacts différents d’un pays à l’autre

Si le virus de Covid-19 a commencé à faire son œuvre en Chine, l’ampleur de la crise sanitaire varie d’un pays ou d’une région à une autre. Ceux dont l’économie a le plus enduré les impacts sont les pays dotés d’une forte dépendance aux échanges commerciaux mondiaux. Il en est de même des pays dont l’économie repose principalement sur le tourisme, les exportations et les financements extérieurs. Pour ne citer que l’Europe, entre autres, les régions des littoraux demeurent très vulnérables à la crise sanitaire à cause, notamment de l’arrêt des activités touristiques (hôtellerie, restauration, commerces touristiques…).

En revanche, les pays ayant su minimiser la propagation du virus ont connu dès le second semestre de 2020 un certain rebondissement de leur économie, et peuvent même compter sur un nouveau regain de leur PIB dès le début de 2021. Il en est ainsi, entre autres, de la Chine.

Nouveau regain mondial en 2021

En ce qui concerne le redressement, les organismes internationaux tels que la Banque mondiale, prévoient un regain mondial de 4,2 % et d’un taux de croissance moyen de 3,9 % pour 2021. L’optimisme serait même de mise à l’égard des économies émergentes en misant sur un taux de croissance de 4,6 %. Un tel regain devrait résulter des efforts des pays à endiguer la propagation de la pandémie, de manière à lever les mesures de restrictions et de confinement et à permettre à la population de reprendre ses activités, puis à l’économie et aux marchés financiers de se rétablir rapidement.

consectetur id, risus Sed odio risus. adipiscing mi, dolor. id sed efficitur.