Les investissements d’avenir, plus difficiles à trouver qu’à financer

09 Jan

Les investissements d’avenir, plus difficiles à trouver qu’à financer

La promotion des investissements d’avenir est essentielle pour le bien-être de la communauté. Conscient de l’impact de la recherche sur le développement, la Commission européenne n’hésite pas à allouer des fonds conséquents pour soutenir les programmes jugés intéressants et d’utilités publiques. On remarque cependant que les projets axés sur ce domaine se font rares. Comment expliquer le phénomène ? Comment apporter des solutions ? Zoom sur un thème axé sur le progrès.

Les projets d’avenir en voie de disparition ?

On note actuellement un réel intérêt pour la technologie et ceux dans tous les secteurs comme la santé, la communication, l’énergie et l’éducation. On constate cependant que les chercheurs et les instituts ont un penchant pour les travaux qui peuvent leur attirer un maximum de profit sur le long terme. Ils consacrent une grande partie de leur temps dans ces études : une situation qui défavorise les projets d’avenir. À titre indicatif, le nombre d’études sélectionnées n’a cessé d’augmenter jusqu’en 2016 pour chuter fortement en 2019.

Plusieurs structures intéressées, mais des idées manquantes

Le ministre de l’Économie stipule que de nombreux établissements sont séduits par les investissements proposés la Commission. Toutefois, leurs programmes sont quasiment similaires à ceux déjà financés et testés à l’échelle nationale. Dans ce cas, aucun fond ne peut être concédé.

Il est important de signaler que la plupart des subventions actuelles sont départagées entre les établissements supérieurs, les laboratoires de recherche et une poignée de PME dont les actions sont orientées vers la protection de l’environnement. Les sélections des dossiers ne sont ni difficiles ni exigeantes. Il suffit que le sujet présenté soit innovant et réponde réellement aux besoins de la France sur le moyen et le long terme.

Booster la créativité des jeunes

Les autorités étatiques priorisent le financement des établissements publics pour remédier aux manques d’inspiration flagrants des jeunes. En équipant ces structures, elles espèrent réveiller les imaginations de la future génération. Ainsi, on remarque une augmentation des subventions destinées aux initiatives, les laboratoires et les équipements d’excellence pour dynamiser les recherches au niveau des campus cibles.

Les projets d’avenir priorisés

Certains projets sont plus sollicités par rapport à d’autres. Ils concernent l’aéronautique, le nucléaire, la biotechnologie et l’énergie sans carbone. Ils sont priorisés pour leurs caractères innovants et futuristes. En effet, la dégradation de la nature fait qu’il est capital de trouver des solutions durables pour enrailler les effets du carbone sur la santé et la nutrition. Toutes les initiatives basées sur ces concepts peuvent escompter un virement de fonds conséquents sur le long terme. Toutefois, il est nécessaire de cerner les engagements du projet et de délimiter soigneusement son contexte pour définir ses atouts face aux besoins de la population.

ut eget Lorem libero. elit. vulputate, sit Praesent dolor risus adipiscing