Le Congrès américain finance la recherche en géo-ingénierie, domaine souvent controversé

12 Fév

Le Congrès américain finance la recherche en géo-ingénierie, domaine souvent controversé

La géo-ingénierie pour lutter contre le réchauffement climatique

Depuis quelques années, le réchauffement climatique préoccupe de nombreux pays dans le monde. Ainsi, la 21 COP a été organisé le mois de décembre 2015 avec la participation de 21 pays, dont les États-Unis. Cependant, le président Donald Trump a décidé de s’écarter des discussions en jugeant les solutions proposées désavantageuses pour son pays. En guise d’alternative, le Congrès américain vient de débloquer des fonds pour effectuer de nouvelles recherches en vue de solutionner le réchauffement climatique.

Qu’est-ce que la géo-ingénierie ?

C’est l’ensemble de techniques utilisées pour modifier le climat et apporter l’équilibre énergétique. Pour cela, il est nécessaire d’utiliser des matériels à l’exemple des miroirs réfléchissants qui serviront pour intercepter une partie des rayons du soleil. Les scientifiques proposent aussi d’envoyer des tonnes de particules de soufre dans la stratosphère afin de refroidir la température. Une autre solution viserait à lancer un ballon pour pulvériser une petite quantité de particules dans la stratosphère. Bien entendu, les techniques évoquées sont encore en phase d’études. Mais, les Américains espèrent effectuer un grand pas dans le domaine d’ici quelques années. D’après un article du MIT Technology Review, une partie du budget des dépenses annuelles américaines serait désormais dédiée à ces types de recherche.

Qui a bénéficié du budget ?

Depuis 2012, les États-Unis ont commencé à s’intéresser au domaine. Ainsi, plusieurs agences fédérales telles que la NASA et la NOAA ont demandé à la NAS (National Academy of science) d’effectuer des études scientifiques afin de trouver des solutions envisageables au réchauffement climatique. Pour la fin d’année 2019, le Congrès américain a attribué à la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) un budget de 4 millions de dollars. Le montant sera alloué à la recherche et à la surveillance stratosphérique. En contrepartie, les membres du congrès attendent des recommandations concrètes afin de solutionner le problème. Par ailleurs, un projet de loi verra bientôt le jour pour faciliter la mise en place des futurs programmes.

L’inconvénient majeur du projet

Même si les futures techniques envisagées permettaient d’apporter des solutions efficaces, il sera difficile de lever les doutes de certains Américains sur ses inconvénients. En fait, il reste difficile de prévoir de manière précise les effets secondaires de certains projets sur l’écologie. De plus, les effets néfastes que peuvent engendrer certains projets sur la santé de nombreux habitants de la planète n’ont pas encore été soulevés. Le sénateur Jeffrey McNerney demande d’ailleurs aux dirigeants de l’État de prendre les devants afin de prévenir les risques de certains projets. Malgré certaines réticences, la géo-ingénierie reste une solution envisageable au réchauffement climatique.

Une alternative à l’accord de Paris

Lors de 21 COP, la majorité des pays participants sont parvenus à un accord en commun appelé l’accord de Paris. Il s’agit d’un accord qui vise à réduire les émissions de CO2 dans leurs pays respectifs. Cependant, l’accord n’a pas fait l’unanimité auprès des dirigeants américains. Du fait que l’accord peut engendrer des pertes financières pour plusieurs industries américaines. Ainsi, le président Donald Trump a décidé de se retirer des discussions. Ainsi, le Congrès américain considère cet ensemble de techniques comme une alternative à l’accord de Paris.

elementum ultricies id, dictum nec venenatis