La finance participative, un mode de financement en plein essor

02 Avr

La finance participative, un mode de financement en plein essor

La finance participative, un mode de financement en plein essor

La finance participative gagne résolument du terrain. Elle est en passe de devenir le premier mode de financement. Plusieurs TPE et PME y ont recours le plus souvent pour combler les besoins non pris en charge par les acteurs traditionnels.

Qu’est-ce que la finance participative?

La finance participative encore appelée Crowdfunding est un financement par la foule. Le porteur de projet pour créer une entreprise ou acheter des matériels de travail dépose le projet sur un site internet de financement participatif. Il indique les prévisions et le montant nécessaire pour le réaliser. En France, on trouve près de 60 plateformes de finance participative. Ce sont des plateformes thématiques à savoir l’innovation, l’agriculture, PME et autres. Elles permettent une gamme variée de collectes de fonds tels que les dons avec ou sans contrepartie, les investissements en capital, les prêts avec ou sans rémunération. Les financeurs après la consultation, choisissent les projets les plus pertinents. Ils versent leur contribution au porteur. Si le montant espéré n’est pas atteint, chaque financeur a la possibilité de faire le retrait de ses fonds.

Pourquoi autant d’engouement pour la finance participative ?

Le crowdfunding permet de donner une nette visibilité du projet. Il permet au porteur de tester l’adhésion de son idée. Il est protégé contre un projet mort-né. Les plateformes sont des moyens de valorisation d’une entreprise naissante au non, son image de marque et son savoir-faire. Le porteur a toutes les chances de créer des relations durables avec les clients. Le quitus de la clientèle est un atout pour pousser les banques ou les établissements de prêt d’apporter leur contribution au financement. Les crowdfunders ont droit également à des avantages fiscaux en fonction du type de collecte.

Quel est le principe de la finance participative ?

Le financement participatif reste pour l’heure le système de levée de fonds par excellence. Il se base sur la participation de plusieurs contributeurs. Ces derniers ne visent pas nécessairement un quelconque profit. La finance participative est désintermédiée. En effet, les flux financiers entre le porteur de projet et les contributeurs se réalisent sans une intervention extérieure des banques et des établissements de crédit. La démocratisation de l’internet et surtout la réelle émergence des réseaux sociaux expliquent l’essor de ce mode de financement des projets. Cela a contribué au développement des entreprises prometteuses.

Les différentes formes de finance participative

On retrouve plusieurs catégories de financement participatif. Il existe des règles de contrepartie et de fonctionnement précises pour chacune de ces formes. La première catégorie est celle du don. Cette forme de financement participatif qui consiste à ce que des entreprises ou des particuliers versent des fonds sans espérer une quelconque contrepartie en retour. Le don vise les œuvres caritatives et associatives. Les donateurs participent à une cause qu’ils croient juste et noble. Le prêt est la deuxième catégorie. Les fonds sont versés à une entreprise ou à un particulier pour contribuer à la réalisation d’une idée de projet. Un délai est accordé après la réalisation du projet pour que les sommes soient remboursées. Le financement participatif en capital et la production communautaire sont aussi des modèles de financement participatif.

ante. Aliquam in venenatis non dolor Donec at amet,