L’ Autorité des Marchés Financiers ou AMF fait progresser la finance verte en France

18 Fév

L’ Autorité des Marchés Financiers ou AMF fait progresser la finance verte en France

L’ Autorité des Marchés Financiers ou AMF fait progresser la finance verte en France

La finance durable attire toujours plus d’investisseurs

La communauté financière investit massivement en faveur de l’action climatique et de la transition écologique. En France, les sujets liés à l’eau et à l’environnement se démocratisent auprès des investisseurs. Ces derniers gèrent des fonds spécialisés d’actifs destinés à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la gestion des risques face au changement climatique. Une stratégie climat s’est mise en place entre la sphère financière et les entreprises.

La finance verte progresse en matière de biodiversité

Les efforts notables des entreprises de l’économie verte semblent toutefois négliger l’enjeu primordial de la sauvegarde de la biodiversité. En se préoccupant principalement de l’action climatique, la communauté financière a encore de gros efforts à fournir pour combiner en même temps les enjeux de préservation du climat et de la biodiversité. Un dialogue est en train de s’instaurer entre les grandes banques françaises et les investisseurs au sujet de la biodiversité. Les frontières de la finance verte sont encore floues et ne doivent pas faire oublier les risques naturels, physiques et économiques associés à l’effondrement de la biodiversité. L’AMF s’emploie à rendre plus transparents les financements et investissements en matière d’écologie.

Un défi collectif à relever avec la loi Pacte

L’ AMF a pour mission de contrôler les acteurs des marchés financiers et a le pouvoir d’enquêter sur les activités soupçonnées d’être en contradiction avec l’article 173 de la loi sur la transition énergétique. Ce dernier définit des obligations d’information exacte et de transparence en matière d’investissement environnemental. Les investisseurs sont soumis à la loi Pacte en terme de contrôle à l’égard des produits dits « verts ».

Des normes communes à créer pour la finance durable

Comment juger le caractère écologique d’une entreprise en faveur du climat si cette dernière a parallèlement un impact négatif sur la biodiversité ? L’AMF souhaite s’appuyer sur la création de labels afin d’éviter tout risque de confusion concernant les démarches écologiques de la part des investisseurs.

sit leo risus. mi, id, suscipit luctus