Incendies en Amazonie. Un premier bombardier d’eau financé par le G7 a décollé

14 Oct

Incendies en Amazonie. Un premier bombardier d’eau financé par le G7 a décollé

L’envoi d’un bombardier par le G7 pour lutter contre l’incendie en Amazonie

Le 22 août 2019, la grande forêt d’Amazonie fut dévorée par des flammes. Ce fut une terrible perte pour toute l’humanité. La flamme s’est répandue très vite, ce qui a rendu difficile son extinction. Sur leur passage, les flammes ont causé de nombreux dégâts, d’une valeur inestimable. C’est pour cette raison que le G7 s’est réuni pour aider le Brésil à combattre le feu. L’ONU a également tenu à organiser une réunion pour discuter spécialement du cas de cette forêt.

Des bombardiers d’eau, un financement octroyé par les 7 grandes puissances

Juste après que le feu s’est déclaré, une étude a été menée pour évaluer l’ampleur du dégât. Celle-ci a été entreprise par le Chili et les pays membres du groupement 7. De cette étude résulte la constatation suivante : seul un avion destiné pour bombarder de l’eau serait capable d’éteindre le feu. L’État brésilien n’était guère en mesure de déployer de tels engins. C’est dans cette optique que le groupement des 7 pays, les plus grandes puissances du monde, a décidé d’envoyer un bombardier d’eau. Ils ont envoyé immédiatement le premier avion. Ces pays envisageraient d’en envoyer d’autres plus tard. Il y en a qui partiront de la Bolivie, un autre pays touché également par le feu.

Une aide d’une valeur de 20 millions de dollars

Pour déplacer l’avion, il faudrait à peu près 20 millions de dollars. Cette somme sera débloquée par les 7 pays à savoir la France, le Canada, les États-Unis, l’Italie, le Japon, l’Allemagne et le Royaume-Uni. La gestion de cette aide sera attribuée au Chili. L’État brésilien n’a pas tout de suite accepté cette offre. Le motif serait surtout d’ordre politique. Toutefois, en voyant les ravages effectués par les flammes, il a fini par l’agréer. De son côté, le président du Brésil a soumis son acceptation sous certaines conditions.

Et si on laissait les autres organisations offrir leur aide !

La France a pris une autre initiative pour venir en aide au peuple brésilien. En effet, le président Emmanuel Macron a annoncé qu’il serait préférable d’élargir le cercle des donateurs pour faire face à ce fléau. D’après ce président, combattre ces flammes est une affaire de toute l’humanité. Ainsi, il a invité toutes les organisations internationales ou privées à apporter leur aide. Cette dernière doit être relative en premier lieu à l’extinction du feu. Mais elle doit consister aussi à l’élaboration d’un plan pour procéder à une reforestation. De nombreux pays ainsi que des compagnies aériennes comme Airbus ont répondu à l’appel du président français. En ce qui concerne Airbus, celui-ci a promis de donner plusieurs hélicoptères pour bombarder de l’eau. LVMH, quant à elle, prévoit de débloquer 10 millions d’euros pour aider le Brésil.

venenatis consectetur Sed Praesent venenatis, nec dolor. in eleifend Donec non