Immobilier : Des prix toujours en hausse

11 Déc
prix toujours en hausse

Immobilier : Des prix toujours en hausse

Une tendance immobilière ascendante

Le domaine de l’immobilier connait actuellement une véritable tendance amplifiante. Qu’il s’agisse de constructions ou encore de prix des logements, les courbes ne cessent de monter considérablement. La ville de Paris est toujours la zone de tous les excès et le prix du mètre carré continue malheureusement de grimper.

Secteur de l’immobilier : des hausses de prix considérables

Le marché de l’immobilier est toujours en perpétuelle évolution. Le secteur affiche des emplois en hausse avec plus de 6 000 agents immobiliers, ainsi que plus de 16 000 nouveaux travailleurs dans le BTP en 2017. Par ailleurs, les organismes de diagnostics immobiliers doivent également surfer sur cette tendance.

Un sens unique des prix !

Il est fort de constater que le sens des mouvements est toujours identique : vers le haut ! En outre, les prix dans l’ancien accroissent autant. L’Insee et les notaires de France nous dévoilent que si l’augmentation des prix était de +3,1 % au deuxième trimestre de cette année, elle serait certainement à + 3,9 % pour le trimestre suivant. Sachant que les appartements contribuent davantage à ces chiffres, avec +5 %, que les maisons, avec +3,1 %.

Paris : une capitale encore plus concernée

Pour information, ces données constituent une moyenne d’envergure nationale. En province, les chiffres sont respectivement de +2,7 % et de +3,6 % pour le troisième trimestre. On retrouve une dizaine de villes connaissant des hausses de 6 % et plus pendant le deuxième trimestre. Bourges avec +13,8 %, Bordeaux avec +12 % ou encore Amiens avec + 11 %.

Compte tenu des loyers considérables dans la capitale française, la tendance ne va pas s’arranger. En effet, la courbe des tarifs dans l’ancien connait une véritable explosion, avec respectivement +3,9 % et +4,8 %. Par ailleurs, le coût du mètre carré atteint incroyablement des sommets et dépasse la barre des 9 000 euros en moyenne ! Dans le 6e arrondissement, dans l’un des quartiers les plus chers de Paris, celui de l’Odéon, il va falloir payer plus de 14 000 euros pour avoir un petit mètre carré.
Près de 952 000 transactions dans l’ancien

Toujours dans l’immobilier ancien, les échanges subissent la même tendance avec un record incroyable : près de 952 000 transactions (données du mois de septembre et aussi pour les 12 mois précédents). Cela est un véritable record !

Une étude menée par le Crédit Agricole a d’ailleurs confirmée que les prix de l’immobilier ancien seraient évalués à 15 % actuellement. En appliquant les méthodes de calcul de l’OCDE, nous retrouvons un écart considérable entre les prix pratiqués et les valeurs réelles, avec un pourcentage de 30 % à 35 % environ.
Prêts à taux zéro et taux d’intérêts : des éléments en jeux

Ces tendances peuvent parfaitement s’expliquer par les prêts à taux zéro (PTZ) ou encore les taux d’intérêts très attractifs pour un prêt immobilier. Si ces derniers suscitent l’intérêt des primoaccédants, les prix de l’immobilier pourraient bien faire connaître à ce public avisé un refroidissement.

Près de 120 000 primoaccédants ont pu bénéficier du PTZ en 2017. Les conditions favorables du crédit leur permettent également de profiter près de 30 % de gain de pouvoir d’achat, comparé à l’année 2008. Les primoaccédants sont certainement fait monter la demande, mais également les prix.

commodo ut porta. efficitur. eget id,