Comment financer son énergie renouvelable

13 Nov
financer son énergie renouvelable

Comment financer son énergie renouvelable

Désormais, les énergies renouvelables peuvent bénéficier d’un financement participatif. Il faut dire que cette tendance est de plus en plus soutenue par l’État. Découvrez tout ce qu’il faut savoir à ce sujet dans cet article.

Le financement du point de vue juridique

Depuis l’année dernière, le financement participatif concernant l’énergie renouvelable a pu s’étendre à d’autres plateformes. En effet, grâce à na nouvelle législation, de nouveaux titres ont été intégrés à ce mode de financement tels les financements de particuliers via des plateformes en ligne. De plus, le seuil de collecte de fonds pour de tels projets a aussi quant à lui été revu à la hausse. Il faut dire que ce mode de collecte est aujourd’hui en vogue, car présentant des montants de plusieurs dizaines de millions d’euros alloués par ces particuliers. Enfin, on dénombre presque une centaine de projets financés par ces aides.

Le contexte actuel de l’énergie renouvelable

Malgré ces nombreuses participations en vue de financer l’avancée verte, quelques critères peuvent susciter des interrogations concernant l’avenir du financement de ces énergies propres. En premier lieu, les conditions posées par le cahier des différents appels d’offres posent problème aux industriels œuvrant dans le secteur. Ces derniers ont en effet beaucoup de mal à répondre entièrement aux attentes fixées. Par ailleurs, vu le nombre de projets qui voit le jour chaque année, malgré l’enthousiasme que montrent les particuliers, leurs financements ne pourront pas couvrir ces projets.

Les solutions apportées par les particuliers

Pour répondre à ces problèmes, les acteurs de ce financement participatif se basent sur les modalités de calcul du bonus. En effet, le bonus sera calculé par un prorata du pourcentage dû. Ainsi, pour un projet biomasse ou encore éolien et hydroélectrique, un bonus de 0,75 € par tranche de 1 % du CAPEX sera alloué. De même, 0,60 € et 0,50 €, respectivement pour des projets de grandes surfaces solaires et pour l’autoconsommation ou les petites surfaces. Il faut cependant savoir que ce bonus ne pourra aucunement dépasser les 5 € et cela seulement pour les projets biomasse et l’autoconsommation. Pour les autres projets, ce dernier n’excèdera pas les 3 €. Par ailleurs, un malus également été instauré et est de valeur fixe de -3 € si au minimum 1 % du CAPEX n’a pas été pris en charge par le financement participatif.

Les modifications apportées aux titres financiers

Ces modifications ont pour seul et unique but de faciliter le financement opéré par ces particuliers. Le FPF a ainsi décidé d’ajouter au cahier des charges d’autres instruments financiers tels les prêts, les obligations, etc.

La question de territoire pour l’investissement des énergies

renouvelables

Il a été stipulé que seuls des investisseurs se trouvant dans le département concerné et ceux des départements limitrophes pourront apporter leur part et cela notamment pour les projets d’envergures. Ce critère a été instauré, car l’épargne disponible n’est pas la même et la densité de population peut varier considérablement. Ainsi, pour permettre au plus grand nombre de personnes de participer, ces dernières seront domiciliées par la FPF dans les départements concernés.

La part de l’État dans le soutien des projets

Les financeurs sont déjà de tout cœur avec ces projets, mais leurs aides ne seront pas à la mesure du défi. C’est ainsi que ces derniers font appel à l’institution financière non spécialisée à savoir la prise en charge tant attendue que devraient apporter les pouvoirs publics. Ces derniers seront en effet les garants de la visibilité à long terme de la stratégie énergétique, mais aussi industrielle de tout le pays.

Ainsi, l’avancée des énergies renouvelables est sans conteste, mais celle-ci mérite un soutien de toute part pour pouvoir surmonter les différents obstacles dans ce secteur.

mattis dolor. lectus Aliquam libero. Praesent Praesent